03/10/2007

TETE BASSE (RESIGNATION)

ertreuipre

 

Par les sentiers battus, plus tuba que flûteau,

L'homme à cran d'art est lourdé comme un fardeau.

 

Car il rechigne à se coulisser dans les gonds

Des porcs taille XXL, porches en armé béton.

 

L'homme accro d'air libre a la fibre de Verlaine,

Un cocasse évasif aux éclats porcelaine

 

Que l'on rit, que l'on moque en raseurs de moquette,

Que l'on flic flac floc dans la boue, que l'on déjecte

 

De balcons pigeonnants, d'opulences en coquilles,

Où l'on mit graines aux becs de fièvre qui grappillent.

 

L'homme à tous crins peignerait des cheveux de fée,

Mais la hiérarchiasse a sa palette encrassé.

 

A sec sur la paille, il cueille alors un fétu

Pour souffler dans l'éther ses paradis perdus.

 

Bulles au crâne, impuissant tout bas loin des flûteaux,

L'homme abat sa muse, puis se muselle en troupeau.

 

edouard_divers22

 

Z1158E~Decoiffe-Afficheser

 

10:17 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

25/09/2007

HYMNE A LA JOIE D'EDOUARD

Sans titreaer

 

Je veux être écrivain manchot primé cent fois,

Avec un nègre baîllonné pour bras droit.

 

Je veux être roi pour fracasser ma couronne

En public et cacaphonier la Brabançonne.

 

Je veux être idole aux marches du Panthéon,

Sur le point de crever renier mes chansons.

 

Je veux être pape et souiller ma robe blanche,

Vomir le sang du Christ au Tiercé du dimanche.

 

Je veux renaître en boycotteur de Trinité,

Clebs de compagnie parti loin se coyoter.

 

 

CAR

 

Je ne veux pas bronzer idiot sous leurs lanternes,

Borgnes seigneurs au pays des aveugles ternes.

 

edouard_divers22

11:20 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

20/09/2007

L'ECRI-VAIN DIABLUTIN

diablutin

 

C'est un diablutin

Aux cornes de brume,

Qui, loin des festins,

S'attable et prend plume.

 

Se rinçant la dalle,

Son enfer il pave

D'intentions qui valent

Une ancre d'épave.

 

Ses cornes s'émoussent,

Drakkar triste mine,

Frêle esquisse aux trousses

D'un brise-glace en gin.

 

Frôle ainsi la soi-

disant fée Geyser

Aux fumées taffetas

Qui volutent en l'air.

 

L'herbe et ses vertus

Théraputassières...

IL taffe un  fétu

De foutue chimère.

 

Alors muse Alcool,

Sirène évasive,

Verse un vers au troll

D'oiseau vase en givre.

 

Et ses fleurs s'effondrent,

Liquide banque-route

Allant vers et contre

Un mur goutte que goutte.

 

edouard_divers22

23:24 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

12/09/2007

MA VIE EN FINES TRANCHES

flowerert

 

J'ai plastifié des fleurs

Sans les enguirlander;

Silençant mes rancoeurs,

J'en fis jolies bouées.

 

J'ai moissonné foulards

Qui sonnaient flash en moi;

Au gré des mots blizzards,

Flottant sur 1000 crachats...

 

1000 leurres au bleu festif

Qui donne aux cons le tons;

J'ai tranché dans le vif

Des moments gais poissons.

 

J'ai déroulé rubans

Devant les signes noirs,

La tête haute, en sang,

En 100 rubans d'espoir.

 

J'ai respiré les âges

Où l'art bavait d'envie;

Peauésie sans corsage,

Gloire à nu baigneur puis...

 

Eté franc du collier,

J'ai moqué, loup de mer,

Loupés merdeux maqués,

Pétasses en fées d'hiver.

 

J'ai dégommé faux anges

Auréolés d'ennui,

Croisé les bras d'un Gange,

Croix gommée pour la vie...

 

J'ai vidé mon "à part"

Des frusques de scrupules,

Scruté mon ciel anar'

Aux lunes en poings-globules.

 

edouard_divers22

21:31 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook |

10/09/2007

VERS TRISTES ET GRAVES

billarrrrrert

 

 

Rien n'a trouvé grâce à tes yeux,

Ni mon humour cyclone anxieux,

Ni mes singuliers arcs-en-ciel...

 

Tout est perdu malgré mon feu

Qui fit parfois mouche entre deux

Epanchements bien torrentiels.

 

Ton buste allègre à sensations

Vrombit mon coeur comme un avion,

Ce coeur piraté si souvent...

 

Comme au Mardi gras d'autres froids

Grimés d'amour, la mascarade

A fait long feu, long faux-semblant.

 

Quand toi, l'être en gras caractère,

A la phrase crachée de lunaires

Encres de chienne, tu me pourfends...

 

En petits bouts d'ingrat sans dentelle

A la merci d'autres mammelles,

Qui pourraient bien me prendre au jeu

 

De mots, de mains graciles et telle

Une boule corbillard, ta cervelle

Refuse alors mes coups de queue.

 

edouard_divers22

 

20:40 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

04/09/2007

INTERACTION

rose dame

                                                                                                A la muse éthylique

 

J'ai surfé sur les terrains vagues,

Sans être repu d'herbes folles;

La vie pour moi n'étant que blague

Et dérision dans le formol...

 

Tu as dans le coeur un poussin

De Pâques à peine éclos de l'oeuf,

Sur lequel j'égoutte en coquin

Potions d'avril, buphallo-bluffs...

 

J'ai dans la verve un citron

Pour tel ou tel poisson Saint-Pierre

Farci de basilic au nom

Du fisc, du simple esprit, du prospère...

 

Dans tes mots transparaît le laurier

Pour qu'un peu je repose au chaud

Comme un fin César mollardé

Dans l' égo par Brutus & Co...

 

Dans mes gestes un faisceau de parfums

Qui fouettent un instant les flashbacks

En un tour d'esprit, tour de main,

Te décompostent ô coquille Saint-jacques...

 

Toi...Tu as dans la tête un passereau

Qui me siffle ses évangiles,

Et quand je me lamente à l'eau

Trouble, c'est mon alcool volatile...

 

Car tu as la subtilité

De ces anges dont les fines ailes

Aux soleils cruels ont brûlé,

Mes élytres se signent et prient ton ciel...

 

Ciel astrakan, chaleur émise

En pluie des nues...vigne de pudeur

Effeuillée dans la boisson qui grise

En fables de la loi d'apesanteur

...L'ineffable Terre Promise.

 

edouard_divers22

 

 

23:10 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

29/08/2007

LUXE DE FORD ET FROID DE FJORD

 

Bien malappris consensuels,

Sans un zeste d'esprit rebelle...

 

Sangsues engluées dès l'école,

Qu'en putes on coca-coracole...

 

Fils de pubs qui cliquent en pots d'colle,

Tchattant l'amour perroqu'and roll,

 

Qui, cernés par le virtuel,

S'exitent autosatisfaits tels

 

Des ermites hors du sel palpable

Et la lettre à huit points du Scrabble...

 

Filles fort matées qui se taillent basses

Pour de "mâles"  boxers poids-limace,

 

Toutous faisant le beau tant bien

Que mal pour du Royal Câlin...

 

Morbacs +4 au gré des cu-

mulus, ventouses et m'as-tu-vu...

 

Héritiers de la technocrasse,

Fils à papa qui tracent aux as,

 

Pleins d'avenir en leur besace

Avec des proies griffées Versace...

 

Sous les pavés la plage est déserte,

On se les roule en fjord et pure perte.

 
 
edouard_divers22
 
aaazzzzzzzzzz

 

14:01 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |