29/01/2008

LIBRE

 
 
karina45

Dans le vent sans para, sa chevelure...

Esquisse en parfums de libre danse;

Le chignon défait, défi d'azur

Aux nues abjectes d'un sans-conscience...

Car c'est là qu'il l'avait dé-portée,

Trophée de chasse à court aux pigeonnes,

Pour son chignon, sa gorge serrés

Comme un cul non profané de nonne...

Elle a pris le chemin de traverse,

Direction la première averse

Pour s'y voir claire, et plus la dernière

Pluie qui fait naître avec des oeillères...

Sa mise à feu? L'objection de méfiance

Ressassée d'un quadrilleur para-

"Comment donc as-tu cette insolence,

Ne pas marcher au pas dans mes pas!"...

Ses "je veux" dégradés, mèches rebelles

Aux yeux du goupilleur de grenade,

Ce para-"chut la ferme et sois belle

Ou je fais rafaler ta façade"

Lui valurent un passage à tabac

D'amour propre au génie plantigrade,

Avant l'envol à la cloche de bois...

Dolly s'enfruit vers d'autres grenades

A la chair d'encre où nul besoin n'est

De prêcher la paix qui va de soi,

Un pays vermeil et sans collets,

Sans paravent pour idole en croix...

De Cocagne c'est sa poésie

Qu'elle envoie, son zeppelin délié

Pour l'amour vrai d'un Winnie en pluie

Tout crevé dans les cieux d'enfance remués...

Sa peluche un peu retrouvée, qui sait,

Au vent neuf d'un matin d'éternité.

 

edouard_divers22

 

amisNuit_122

 

 

21:50 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

24/01/2008

A TOI L'EX DAME DE NUIT

AUTOMNE PRINTANIER D'UN SCHIZO-FRENE
    
frene_chutefr

 

Mes feuillets d'Eros tombent

En ballet posthume

Vers les catacombes

De ton coeur-enclume...

 

Feuillets merle ou blanc colombe,

Tu balaies leurs promesses

Et fins remords en trombe-

L'oeil où tes larmes paressent...

 

Car en vrai tu n'as cure,

Enflure aux tranchants blâmes,

Des entailles aux nervures

Après tes vagues à lame.

 

Mais des feuillets repoussent,

Printemps d'un autre amour,

Les limites en eau douce

D'un art au libre cours...

 

Mon frêne est frénétique,

Car on y grave en pieds

Le choeur pur et sismique

D'Aurore, vive écorcée...

 

Maître-atoll de chorale,

Elle envoie ses oiseaux

D'encre musicale

Allumer mes rameaux.

 

corail_cc04corail2
photos source inconnue
 

edouard_divers22

18:17 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

18/01/2008

NIGHTS IN BLACK SATIN

 

 

Mes nuits...

Aux rideaux de rose à tringler,

Au bandonéon solitaire...

Au pinceau d'étoiles, au plafond d'acier,

Au pain qui s'étiole en plats d'air...

Aux elfes ondulant

Mes hémisphères gauches,

Nuits aux fers luisant

De sobre débauche,

Ou de came isolant

Mes sangles d'espoir

Qui fait vivre les vers

En m'en vidant,

En les couchant,

En m'y noyant...

Nuits de satin blafard,

De Black Spirit, et blanc c'est noir,

Atrosphère atrosphère...

Nuits de cinoche,

Suie de si moche,

Et nuits d'aigreurs à trop s'en faire,

De timbale en veilleuse,

Et l'espoir se décroche

Des blondes à goudron

En volutes amoureuses,

Bulles à partitions

-Si sol si las si faux-

Crevées de croches, crevant mes poches,

Et qui éclatent en  petits zéros

Quand le jour approche...

Nuits de secondes en gros

Qui s'accrochent aux hublots

Avec vue sur l'absence

Pour les siècles des cercles

A venir...

Nuits aux cercles bleutés,

-Fumigènes de l'oubli-

Sans gène et sans plaisir,

Nuits d'instantanés

Sitôt clichés jaunis...

Nuits de points sur les

"a","o", "e", "u", "é",

Mais pas sur les "i".

 

edouard_divers22

 

12:54 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

12/01/2008

SUR L'AIR DES "PETITS PAPIERS"

Laissons pleurer

Le gratte-papier

Tous ses soucis

Les fleurs aussi...

 

Fleur de trottoir

Ou sans histoires

Fleur de nécrose

Qui pousse en prose...

 

C'est irréel

Gratteur de ciel

ça sent la chute

Gratteur de luth...

 

Laissons vider

Dans un mouchoir

Le gratte-papier

Ses arrosoirs...

 

Parfois gredin

Des parchemins

Fleur de traverse

Il pique et perce...

 

Viol à l'étal

Des majestés

Pour un pétale

Fleur de lycée...

 

Laissons pomper

Si l'air lui manque

Le gratte-papier

Dans sa vieille planque...

 

Ou laissez choir

Messieurs Proprets

Ce poids-plumard

Poil qui grattait...

 

Désinvolture

Qui horripile

Et c'est l'armure

Du coeur-pistil...

 

Laissons perler

De son suaire

Encloaqué

Les mots rosaire

 

edouard_divers22

 

 

papiers

 

17:30 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

JALOUSIE A RECULONS

Sans titremc

 

Roulée dans la farine et l'or-

dure à cuir,

Bien roulée pour que bande encore

Un martyr,

 

Je l'avais tirée de la fange

Aux big macs,

Enfer de saumâtres vidanges

Et de crack.

 

C'était du pain bénit fine tranche

Hors-fourneau,

Pain de songe, hymne à tous les anges,

Mon credo.

 

De marie-salope en pervenche

Bleue d'amour,

Je l'émiettai par un dimanche

A rebours.

 

"Et ces ex croustillants, vieux manches,

Vieux croutons?"

Questions poudre au feu d'avalanche:

Ejection.

 

La belle a régné sur ma planche

A plongeon;

Ci-gît l'homme à l'araignée blanche

Au plafond.

 

edouard_divers22

 

 

17:22 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/01/2008

SANS POESIE...

 
lune

 

Amis non  jurés de la lune, ennemis

Du tout tracé d'avance et du temps

Linéaire, esprits frappeurs et frappés,

 

 

Que seraient nos quartiers lunaires,

Si l'on en liftait les cratères?

Que seraient donc nos poésies,

Ces quartiers nobles, sans folie?

 

On irait mendier les croissants

D'un Pierrot doré funambule,

On irait par monts et par vents

Sans voir la moindre libellule.

 

On irait par mots et par vin

Mauvais piqueter nos trains-trains

D'immoral et de vicinal

En copié-collé serré...bral!

 

On nierait bien sûr l'impossible,

Passant les fantasques lunes au crible,

En baudruches aéropha-chics

Aux bas quartiers de prose en tics

 

Taquiner les coucous c'est moi-

Tié reprendre la libre plume!

Et du prêt-à-pioncer les lois

Brouiller! Baisons marteaux l'enclume!

 

aaaazeertyu

 

edouard_divers22

 

sword

 

13:52 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |