12/11/2007

A LA FILLE MATRAQUéE PAR LES MâLES éTRIQUéS

pégase

 

 

Tu baîlles aux plumes éparpillées

Par les dindons du décorum,

Et sous l'édredon tu perds pieds

Loin du terre-à-terre et ses hommes...

Ding dong un carillon t'élève

Au rang d'ange à la note aigue,

Carillon d'or sonnant la trêve

Des plaies sans cri, des rires fourchus...

Les gongs des singes lourds en dragouille,

King-Kongs et frappadingues fripouilles

Qui se cognent des femmes-arpèges,

Te laissent rêveuse, la foire aux nouilles

Du Paris-Matchisme au Saint-Siège

Ne sacrilégera ta finesse

Qui se pégase au bois dormant,

Bulle jument-foutiste en dé-stress

Hors l'écheveau d'un jour pur sang...

Ressource-toi sans sourciller

Dans l'eau séraphine en naïade,

Pied-de-biche à l'oeil dépoudré

Pour émasculer mitroeillades

Aux combats cons du lendemain,

Slaloms entre les frimes valseuses

Bien pleines au propres masculin,

Qui se figurent en hard-crockeuses...

Qui te défigurent en fille creuse.

 

 

edouard_divers22

12:26 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (32) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, je souris, car tu m'a toujours l'air d'en avoir après les femmes... Bon, je t'accorde que c'est un sujet sur lequel il y a matière..
Bonne journée.
Bisous

Écrit par : Soledad | 12/11/2007

Ah Edouard Quelle délicieuse gymnastique que de venir te lire :o)

Écrit par : annick | 12/11/2007

belle lurette que je n'suis venue ici..faute a qui à la vie..t'es Génial toi..un vrai pur plaisir a lire
bisoussssss..

Écrit par : regine | 12/11/2007

http://desmots.skynetblogs.be Toujours sidéré le sj bravo bye bye

Écrit par : ~?~ + sj11 | 12/11/2007

Ah, et bien, je ne l'ai pas compris comme Soledad, ton texte Edouard. Là, tu as plutôt l'air d'en avoir après les hommes. Quel rythme toujours ! Quelle singularité !
Bisous Edouard,
A bientôt,

Écrit par : | 12/11/2007

Je souris également car même si tu ne peux t'empêcher parfois de les descendre en flêche, on ressent chez toi un fervent défenseur de la gente féminine. Preu Chevalier ! Tu aurais dû vivre au Moyen Age !!!
Quant à la jeune fille en question elle n'est peut- être pas si naïve et béate que ça... Va savoir Edouard !
Tes mots en tout cas, sont toujours aussi percutants. Un plaisir rare et décoiffant.
Bonne soirée
Or

Écrit par : Or | 12/11/2007

Je découvre et suis conquise... et comment ne pas l'être n'est-ce pas ?

Écrit par : Malvina | 12/11/2007

Bonjour, Désolée , mais effectivement j'ai pensé tout le contraire. probablement parce que j'ai plus attirée mon attention sur une ou l'autre phrase.
Toutes mes excuses! j'avoue qu'en ce moment d'autres sujets me préocupent, ce qui explique aussi mes passages rares. Et en plus quand je viens je comprends tout de travers...
Désolée, mais bisous quand même.

Écrit par : Soledad | 13/11/2007

Vous avez compris? A lire le texte et puis les commentaires, je me dis que ce qui se passe dans la tête de celui qui écrit, c'est autre chose que son texte, et ensuite ce qui se passe dans la tête de chacun(e) qui lit le texte, c'est encore à chaque fois une chose différente... Comme quand on regarde un dessin? Un film?

Écrit par : Francis | 13/11/2007

Bonjour Edouard... Je te souhaite un très bon mardi avec plein de douceur et de câlins…
L’amitié, c'est la tolérance, l'acceptation de l'autre tel qu'il est, c'est aussi aimer en sagesse et humilité….
Je te fais de gros bisous

Écrit par : Chadou | 13/11/2007

toujours autant de plaisir a te lire je passe te passer un bonjour pour te souhaiter une journée pleine de petits et de grands bonheurs
bisous
La vie aime ceux qui l'aiment et qui croient en elle.

Écrit par : caline | 13/11/2007

EXPLICATION DE TEXTE D'EDOUARD DE NOTRE-DAME Quatre premiers vers: une femme s'endort loin des ridicules parades "amoureuses" des hommes si terre-à-terre
Du 5ème au 8ème vers: La femme s'endort et rêve, c'est une mise entre parenthèses face à la réalité, où elle essuie chaque jour sans rien dire les plaisanteries grasses des mauvaises langues machos.
du 9ème au 17ème vers: Ces machos, que je compare à des primates sans grâce, et qui se foutent pas mal de la délicatesse des femmes, la laissent rêveuse. Et c'est dans les rêves paisibles qu'elle trouve refuge, comme dans une bulle confortable où je la compare tantôt à un ange, tantôt à un cheval ailé..là, elle ne connaît plus le stress des jours où son coeur saigne..
du 18ème vers à la fin: je lui souhaite de se ressourcer dans son sommeil pour avoir à son réveil la force de combattre et d'affronter tous ces machos, qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas: " frimes valseuses qui se figurent hard-crockeuses" et qui la prennent aussi pour ce qu'elle n'est pas: "qui la défigurent en fille creuse"..

Écrit par : Edouard | 13/11/2007

EXPLICATION PLUS EN DETAIL ENCORE -"terre-à-terre et ses hommes": par opposition à "terre des hommes"
-"trêve des plaies sans cris..": dérivé de "trêve de plaisanteries"
-"dragouille": mélange de drague et de magouille
-"qui se cognent des femmes-arpèges": double sens de "se cogner": se frapper la poitrine comme King-Kong pour exprimer sa force virile, ou se moquer de, comme dans l'expression "je m'en cogne". D'où l'idée de gong, par opposition à la délicatesse de la femme et ses fines arpèges dont on se cogne.
-"paris-matchisme": le machisme vulgaire, voyeur et exhibo, comme dans Paris-Match et autres feuilles de chou
-"ne sacrilégera": ne sera plus un sacrilège de ta légèreté
-"qui se pégase": qui se meut comme un cheval ailé (Pégase)
-"bulle jumentfoutiste en dé-stress hors l'écheveau d'un jour pur sang": termes chevalins qui renvoient au Pégase précité, et signifient qu'elle oublie ses tracas (bulle jumentfoutiste), sa détresse et son stress (en dé-stress) loin des complications (écheveau) qui font saigner son coeur (jour pur sang)
-"pied de biche à l'oeil dépoudré": je lui souhaite de se ressourcer dans cette eau limpide d'un rêve qui enlève la poudre aux yeux, et lui donnent la force et les armes (pied-de-biche) pour neutraliser les oeillades des mâles qui la mitraillent (émasculer mitroeillades)
-"mitroeillades": mélange entre oeillades et mitraillades
-"frimes valseuses": évocation des testicules et aussi de la danse par opposition au hard-rock . Ces mâles se prennent pour ce qu'ils ne sont pas: leurs "frimes valseuses se figurent en hard-crockeuses" et la prennent pour ce qu'elle n'est pas, la "défigurent en fille creuse"...

Écrit par : Edouard | 13/11/2007

Edouard, Sincérement, comment pourrais-je savoir ce que tu penses, et savoir si ce que tu écrit est effectivement ce que tu penses? Je ne suis pas voyant! Je me faisais seulement la réflexion que, quand on crée quelque chose, il y a tout un processus qui se passe dans la tête de l'auteur : ce processus n'est pas son oeuvre! Et la façon dont ce qui a été créé est perçu par celui qui le lit est différent pour chacun, en fonction de son vécu, sa culture, il s'approprie l'oeuvre, il en fait autre chose dans sa tête, c'est un échange. Je promet que je n'ai pas voulu douter de ta sincérité. Tu aimes Gainsbourg, et j'ai le sentiment qu'en plus tu lui ressembles, il était un écorché vif, il aimait les grosses provocations, mais lui, il ne fallait le chercher! Il était susceptible! Quand il était jeune il était timide, il a beaucoup souffert de ça. Les timides sont très susceptibles... J'en sais quelque chose.
C'est triste, parce que j'aime tes textes, mais bon, c'est vrai, je suis chiant, je suis un emmerdeur.
Autrement, la poésie, je crois pas que ça se comprends avec l'intellect, autrement on passe à coté. Depuis longtemps j'en suis un lecteur assidu, tout seul, dans mon coin, c'est comme une nécessité, ça m'aide à vivre... Et il me semble que tu écris pour la même raison, par nécessité. C'est la souffrance qui fait écrire de si belles choses, non?. Pour revenir à Gainsbourg, je l'aime aussi beaucoup, mais il a beaucoup souffert, sa vie était comme un lent suicide(en buvant et fumant comme il faisait), et il a fait souffrir ceux qu'il aimait. Personnellement j'essaie d'échapper à tout cela, et plus j'avance en âge, plus je me sens bien.
Tu peux effacer le message précédent s'il te déplait, et je propose à toutes tes fans qui on été froissées de venir m'insulter grossièrement sur mon blog pour ma peine.
Je viendrai sans doute encore te lire, mais je réfléchirai à deux fois avant de laisser un commentaire!

Écrit par : Francis | 13/11/2007

Vais-je oser te dire merci pour ton explication de texte... et puis m... tant pis. Merci ! Quitte à passer pour une flatteuse...

Écrit par : Or | 13/11/2007

gracias Merci pour tes mots bye

Écrit par : ~?~ | 14/11/2007

moi je regrette un peu excuse-moi Edouard... ton explication de texte. Je suis aussi d'avis qu'un texte, on l'écrit tout en laissant au lecteur loisir de se l'appropprier et de l'interprêter suivant sa propre sensibilité, sa propre personnalité...
celà dit, perso et parce que je commence à te connaître (un peu, connait-on jamais vraiment une personne!) je crois que tes textes peuvent la plupart du temps être considérés comme une ode à la femme, grand amoureux que tu es. Et si je me trompe, tu viens me le dire tout bas.
et puis, pour Francis, je dirai que personne n'a à s'excuser je pense de l'interprétation qu'il a fait du texte: dés lors qu'on sent qu'il l'a vraiment lu, il en a tiré ce qu'il pensait être juste et parfait! parfois c'est vrai, en tant qu'auteur, on est désemparé quand on se sent incompris mais çà fait partie du jeu et il m'est arrivé souvent de revenir sur un texte aprés les 1ers com pour expliquer, comme tu le fais là Edouard, le sens de ce texte. là où tout devient génant, et çà je ne me suis pas génée perso de le dire à certaines de mes lectrices, c'est quand on sent que la personne n'a absolument rien lu et vient commenter pour avoir son propre com en échange.

bref! aprés tout çà Edouard mon ami, je veux te dire à quel point j'ai adoré ce texte. Et je le relirai encore pour m'en imprégner davantage.
Gros bisous hivernaux, à trés bientôt!

Écrit par : mimi | 15/11/2007

....... je n'ai pas aimé le "vous avez compris?"'...d'où mes explications de texte.

Écrit par : Edouard | 15/11/2007

joli texte beau blog que je découvre... @ bientôt.

Écrit par : vallou | 15/11/2007

Cher Ami Edouard Aujourd'hui pas de commentaire !!
Juste un petit bisou amical et fidèle.
Yâmie

Écrit par : Christelle | 15/11/2007

Je suis restée accrochée chez mon amie Christelle!! Aujourd'hui pas de commentaire !!
Juste un petit bisou amical et fidèle.
Yâmie

Écrit par : Edouard | 15/11/2007

Ben rien ne va plus Mille pardon Edouard tout va mal
C'est moi...
Yasmina :-)
Pour une qui voulait pas faire de commentaires ahahah

Écrit par : Yasmina | 15/11/2007

ah! je n'avais pas vu le "vous avez compris"! et à dire vrai je préfère me délecter de ton texte.
bonne soirée Edouard! re-bizz!

Écrit par : mimi | 15/11/2007

*oo* Au gré des clics, j'arrive ici...
La présentation me plaît, la colonne de gauche itou, je souris sûrement.
Envie de lire le texte une 2ième fois.
Belle soirée :-)

Écrit par : Loo | 15/11/2007

Juste un petit rajout...les images marrantes servent parfois à exprimer ce que mes mots n'arrivent pas à dire, ni crier, auto-dérision...:-)

Écrit par : Loo | 15/11/2007

Bonsoir mon beau... ...quel doux texte, l'appréciation dans le regard de celui qui lit c'est logique...moi j'aime et j'ai toujours aimé tes jeux de mots.
A tout bientôt...
Encoreeeeeee

Écrit par : Ethae | 15/11/2007

bonjour edouard très chouette blog, bonne journée et un grand merci de ton passage chez moi

Écrit par : sensuality | 16/11/2007

salut Edouard merci pour tes nombreuses visites! Je suis contente de t'avoir fait découvrir quelque chose!
bizz

Écrit par : pat | 16/11/2007

Une petite visite... Pour lire tes jeux de mots que j'adore mais pas toujours facile de comprendre sauf avec ton explication mais c'est sûrement moi qui suis nulle.
Il fait très froid chez nous c’est un peu tôt pour la saison alors je me réchauffe
en venant te dire bon week-end et douce semaine
Gros bisous.
COCO !
http://romyrose.skynetblogs.be
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO ! | 16/11/2007

Bonjour, Je passe te souhaiter un bon week-end, avec un joli soleil, et encore plein d'inspiration pour la suite...
Si tu ne me vois pas apparaître dnas les jours qui suivent, sache que je ne t boude pas, mais qu'une priorité s'impose à moi, et elle s'appelle "santé".
Continue à écrire ce que tu ressens comme tu le sens.Je repasserai dès que je saurai.
Gros bisous à bientôt.

Écrit par : Soledad | 16/11/2007

bon we Edouard! je passe te faire un gros bisou et te dire: ne change surtout pas même dans tes "fâcheries"!
bisous!

Écrit par : mimi | 17/11/2007

Kikou les ami(e)s, me revoilou,
Contente de revenir au bercail.
Contente d'être rentrée de l'hôpital.
Tout s'est bien passé, encore une petite semaine couchée pour les plaies, mais cela ne m'empêchera pas de venir vous remercier pour votre fidélité sur mon blog. Pour la lecture des différents textes, ce sera pour plus tard.
Encore merci et @ très bientôt.

Écrit par : Papillon6168 | 17/11/2007

Les commentaires sont fermés.