28/06/2007

DEGLINGUE I

Marinetttrooop

 

Marinette a

Son lustre passé

Dans le détroit

Des Noeuds Coulés...

 

Son homme éti-

rant la nuit d'un an,

En lustres d'ennui...

P'tit fourreur sans

 

Levain qui se lève

Avec les moules

A gaufres, et crève

La mie de boules

 

En vers d'un bleu

Trop marginal,

Juste milieu...

Ou l'ami râle.

 

C'est plein de toiles

Chez Marinette,

D'escarres navales,

C'est jour-défaite,

 

De chiffons pour mieux

Moucher les cierges

Nus qu'elle asperge...

Crachin blueseux.

 

Son ciel étoilé,

Même en gamberge,

N'est pas tissé...

Fil de la vierge.

 

Dans le plafond,

Une araignée...

Trois mouches au menton

Mal dessinées...

 

Ainsi fait fait

La fêlée mygale,

Trois p'tits fours et

Les mouches avale.

 

Quand rien ne va,

Faut s'esquisser

Des ailes qui dansent,

 

Ou pointiller

Comme en taffetas,

Son noir silence...

 

Quand talent plat,

Se faire croquer

-C'est pas de chance-

 

La mouche à leurre

(De l'escrimeur)

Par une épeire

Folle ou ses pairs,

 

Qui se pavanent

Mygalomanes.

 

 

EDOUARD

 

 

 

12:03 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

DEGLINGUE II

hhhhssstttttt

 

Elle rêve

 

 

D'un paradis déréglé, Sodome et Gomorrhe...

Aussi de nuit d'enfer où le tapage est d'or.

 

Nuit rafraîchie par une ondée qui réverbère

Le spectre de saints congédiés par Dieu le Père...

 

Car ils détrournèrent en dérision sa gloire,

Etérnelle est l'errance et clos le purgatoire.

 

Car au ciel montèrent bouquets de testostéroses,

Pour jouer la Cène en metteurs-magiciens d' "OSE",

 

Servir en calice un sang de vierge flétrie,

Et laper le nectar moins ultra jusqu'à la lie.

 

 

EDOUARD

 

 

 

 

11:42 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/06/2007

I AND YOU

lennontttt

 

Je plonge en toi-même

Un regard décolletant,

Un colt à la crème

Qui tire à bout portant...

 

Coeur plombé, tu sèmes

A tous quatrains de vents,

La poignée de gemmes

Qui me tire en avant.

 

J'épluche un harem

D'ex en te taquinant,

Scanne à l' I.R.M.

De mots-diables tes "han!"...

 

Plan de vie sans 'blèmes,

Tu colores en rêvant

Lendemains bohèmes,

Et qui chantent à tue-temps.

 

Je plante au toit même

De ton monde anisant,

Drapeau ivre et j'aime

A m'y draper de blanc...

 

Tu fais carpe diem

A mes soleils cuisants,

Puis rougis poèmes

En vers libres couchant.

 

 

EDOUARD

 

Angelasertur

 

22:40 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

20/06/2007

 METAMORPHOSES

butterfly

 

Jadis violonscellée, ex-fleur qui cello-fane,

C'est au pré que Kloé se méli-mélomane.

 

Un regard méthylène pour mon coeur en trombone,

Et loin d'être vilaine, c'est tout près qu'elle étonne.

 

Car sa langue est de chatterton, j'en suis scotché,

Comme un sphinx à chenilles au Loch Ness égaré...

 

Comme un ondulescent printemps de chrysalide,

J'ouvre en fleur un cocon pour coroller sous vide...

 

Perdre à pic la boussole, et de métamorphine

En mégamorphose, deux papillons s'illuminent

 

En jolis bas de gamme ô combien prometteurs,

Bas grésillant de flammes alanguies qu'on effleure

 

D'un doigté musical alors insoupçonné...

L'unisson nous régale en possibles moitiés.

 

 

EDOUARD

00:17 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

16/06/2007

SOLEIL AU MENU

oeufauplattre

 

               I

 

Place au sel je suis

Presque neuf, hop-là!

Me faire aujourd'hui

Bouffer,  je veux pas...

 

Nul besoin demain

Pour joindre les bouts,

Du plein quotidien

D'argent qu'ont les fous...

 

Fous de la besogne,

Bourreaux sans griefs,

Cerveaux qui s'éborgnent

Aux compas des chefs...

 

Ils sont tous perdants,

Le coeur qui se vide,

Et, l'amorce aux dents,

Acceptent la bride...

 

Ils n'iront pas loin:

L'argent, c'est l'amorce;

Perdront en chemin

Ce qui fait la force

 

Du grand voyageur

Fou, sans maître à bord,

A qui ne font peur

L'amour et la mort...

 

Ils n'iront pas loin...

Sous un noir clocher,

Sangleront la main

De leur mal-aimée...

 

Sous-fifre à son tour

A tant dire "Amen"

Au lit comme au four,

A son faux mécène

 

Qui compense à plat

Les humiliations

Des boss au sang froid,

Par l'amour-frictions.

 

         

           II

 

Passez-moi plutôt

Le sel pour aller

Piquer à vau-l'eau,

Pique-niquer ma fée...

 

Fée de logiciel

Sachant se mouiller,

Qui déloge au ciel

Des ourses bien léchées...

 

Hors-catégorie

Au sans maître nage,

Libraire engloutie

En mes tristes pages...

 

Clitariste aussi

D'un rock incisif,

En flux d'énergie

Brisant les récifs...

 

Danseuse air canaille,

Samba Calypso;

Tremblent mes entrailles,

Tintent ses grelots...

 

Pêcheuse de perles

En apnée béate;

Sifflée par les merles,

Grivoise écarlate...

 

Timide à ses heures

En skaï et jarretelles;

Miss Terre à toute heure

Pour moi, gueux partiel...

 

Nous irons très loin,

Sans rapport de forces;

Loin devant les goin-

fres gobeurs d'amorce.

 

 

EDOUARD

 

 

 

 

 

10:59 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

11/06/2007

A part ça, ça va...

plumitif

 

La bouche ouverte ils font gobe-mouches

Dans un bac à sable géant,

Ou bien jouent au ramasse-cartouches

Des marchands de fables ambulants.

 

Ils cuisent à loisir au soleil

Qui nous boude ailleurs, astre inique,

Leur ventre gonflé de merveilles

Naturelles en vers symbiotiques.

 

Ils gazouillent avec la sauterelle,

Mangent des yeux leur maman-gâteau...

Peut-être une bougie fondrait-elle

Pour leurs yeux lunaires aussitôt.

 

Ombres sans plus l'effort d'un geste

En poing levé vers l'odieux sourd,

Ils ont des soeurs, stars célestes,

Mais qui s'éteignent au petit jour.

 

 

EDOUARD

11:03 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

08/06/2007

RENOUVEAU CHARISMATIQUE EN ROCK'N'FOLIE

louangesfuck

 

En les priant de communier en joie charismatique,

Et se laisser souffler par l'Esprit Saint l'esprit critique,

 

Il prêche aux fans convaincus des credos de quatre sous;

Chanteur engagé mon cul, c'est de son dieu qu'il se fout!

 

Avec ses pieux cantiques au rayon X il revendique

Surtout la gloire, un mieux-être dans son froc et son fric.

 

Bras en croix sur piédestal, il prend cent fois les airs fous

D'un grand messie à métal, ses airs ne valent pas un clou.

 

Sa muse est électrique, un sous-Zeppelin à la dérive,

Un bubble-rock sans fraîcheur menthe au Jardin des Olives.

 

Il arbore en médaillon Jésus sur pectoraux nus,

Qui s'en balance au fond de ses déhanchements peigne-cul!

 

Cheveux laqués d'argent lunaire, auréolé de spots,

Il se dandine et son derrière a pour l'essaim la cote...

 

Essaim de vulves qui se purgent à grands jets d'eau bénite,

Et de joyeux glands de Panurge extasiés par sa frite.

 

Ce barde F M inénarrable aux cris préhystériques,

Farde les clichés du Pape en verve micro-cosmique.

 

Il hurle à mort "paix sur terre aux hommes de bonne volonté",

C'est du pain béni les frères, pour moi railleur patenté.

 

EDOUARD

 
heureuxcommeça

 

 

11:30 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |