01/05/2007

PERSPECTIVE

ninahagen

 

Blague à part je déconne

A partir des adieux;

Plus rien ne me résonne

En ma caisse que tu veux...

 

Quai sans brume et Morgan,

Je fixe l'horizon

De tes yeux de haran-

gueuse, ils seront légion

 

A passer l'arme à gouache

Aux présages anthracite,

A cracher du potache

En flanc-tireurs d'élite...

 

A passer larve à gauche,

Bander mouton...adroite

Fleur de pavé qui fauches

En faux cils, billes d'agate,

 

Va te faire mettre en ruche

Le miel sonnant d'enflés,

Position de l'autruche,

En aveugle entubés.

 

Si l'un d'eux ne succombe

A ta morgue en chemin

De la passion des nombres,

Il sera libre enfin

 

De tout larguer dans la

Bombance des électrons!

La fissure est en moi...

Gare à toute explosion!

 

 

EDOUARD

 

10:39 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Edouard En ce 1er Mai je viens te souhaiter plein de bonheur.
Que ta journée soit belle
Bisous

Écrit par : baby | 01/05/2007

Bonjour Edouard.. Juste un petit passage d’amitié..Merci pour le petit brin !
Je te souhaite beaucoup de belles choses durant cette journée….
Bisous doux et à bientôt!

Écrit par : Chadou | 02/05/2007

Bonjour Edouard J'espère que tu vas bien et que tu n'es plus malade ?

Tu me sembles bien en colère dans cette poésie. Mais peut-être ne l'es-tu plus, l'ayant écrite ?
On a tous une fissure et je pense que c'est elle qui fait notre beauté aussi.

Gros bisous Edouard et à très bientôt,

Écrit par : La Bohème | 02/05/2007

Bonjour Edouard! Jeux de mots ou jeux de maux? Texte passionnant à lire et relire.
Nous offriras-tu un jour l'un de ces textes "fleur bleu" dont tu me parles dans un com? Curieuse de voir ce que tu nommes en ces termes.
Bisous trés humides d'ici dans ce lieu de vacance en montagne où nous avons eu de la neige cette nuit.

Écrit par : mimi | 02/05/2007

Bravo ! Quelle décharge d'électrons ton poème !

A propos de l'histoire de trains :

Voilà quelqu'un qui n'est pas tombé dans le panneau... La preuve que ses petits neurones fonctionnent bien (hehe).

Amicalement,

Écrit par : Rafaël | 02/05/2007

Toujours en verve, je lis ça ! :-)

Écrit par : Véro | 02/05/2007

Je passe te saluer et te remercier pour ta magnifique définition laissée chez moi. J'en suis encore toute chose... :-)

Écrit par : Brigitte | 02/05/2007

Merci Edouard. Tu me fais rire, Edouard, en toute gaieté et admiration. Et bien évidemment je ne vais pas te contredire. Tes propos sont tellement flatteurs que je préfère les garder tels quels. Cela fait si chaud au coeur.
Mais je me demande, Edouard, c'est quoi qui nous renvoie à chaque fois dans cette tristesse dans mes souvenirs, innée. Cette vague qui nous porte de la plus grande joie au plus grand désespoir et du plus grand ... à la plus ...
Il est très beau ton texte "Nuits de Satin mort". Je me sens toute puérile quand je me compare à ta poésie.
Gros bisous Edouard et encore merci,

Écrit par : La Bohème | 03/05/2007

Et bien ! Je relis mon commentaire que comme d'habitude, dans mon impulsion, je n'ai pas relu. Et il y a de l'Edouard par ci et de l'Edouard par là. L'émotion. Je suis trop sensible aux compliments qui me semblent sincères même si je ne vais pas à la pêche.
Et donc Monsieur,
Bonne journée, :-)

Écrit par : La Bohème | 03/05/2007

Chiche Edouard! Publie çà et tu perds ta réputation, c'est sûr!
Bisous du soir.

Écrit par : mimi | 03/05/2007

Les commentaires sont fermés.