28/04/2007

A TOI, NON PAS TOI, TOI, OUI, C'EST CA!

 
cogneur1

 

Cogneur de vers à soie

Droits, métronomiques,

A soi-disant de toi,

A soie synthétique...

 

Collant remisé,

Bas de gamme et faux cils,

D'un idiome brouté

En méthode Assimil...

 

Prêcheur d'idées reçues

En troupeau docile,

Bourge aux pamphlets qui puent

La conscience tranquille...

 

Guettant d'un air caniche

Lauriers de Césure

Et statues d'Hémistiche

Aux concours d'enflures...

 

Enfileur de lombrics

Libres comme l'air

Aux ventres de tes pairs

Aérophagiques...

 

Ré-actionnaire fossile

Qu'on cote en bulle,

Zéro pointé d'un style

Merdeux que j'encule...

 

Pétroleur de mouettes,

Vieille planche à vapeurs,

Carotteur d'esthète

Voilé gras pilleur...

 

Ta création ne vient

Pas d'un divin souffle,

Mais d'un pet de lapin

Qui tringle en pantouffles.

 

 

EDOUARD

 

 

10:43 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

. . . J’ai cliqué sur ton blog par simple erreur de lecture et par la même, d’interprétation. J’ai lu « Fleurs nymphomanes » alors qu’il faut lire « Fleurs hypomanes ». Rien à voir ! Si ce n’est que je m’intéresse aux femmes à défaut de m’intéresser à autre chose. La cause à effet par déformation est installée. J’ai les neurones braqués sur la femme en général et rien en particulier, si ce n’est sa plastique ( toujours en défaut ), son intelligence( parfois redoutable, souvent en décalage avec celle de l’homme ), sa psychologie ( Flaubert nous dit : « Quand une femme parle de son cœur, elle parle de son cul ») et sa manière d’être féline et tigresse en amour ( le mot amour à prendre dans tous les sens du terme et pas la femme, quoi que !) . Définitions qui n’engage que moi et qui n’apporte pas grand-chose à ce post. Bref, je plante ma lecture sur ton écriture, d’abord en prose puis en poétique. La prose, celle qui pose ton pedigree, est d’une bonne tournure, satirique, ironique, éclaire le caractère de l’homme. Tu vas sans détour : droit au but sur toi-même et les autres. En bref, le contraire de langue de bois. Ta poésie est de la même eau si ce n’est par endroit une eau-forte. Les mots bouillonnent, tranchent dans le vif. Le lecteur ressort emballé ou choqué, mais il ne reste pas indifférent. En ce qui concerne la définition de « Fleurs hypomanes » introuvable dans le dictionnaire des communs des mortels et que je traduis par : hypo : au-dessous et man : homme (en anglais ), larve du hanneton ou ver blanc ( en français ). Ce qui donne : la fleur en dessous de l’homme ou fleur en dessous de la larve du hanneton ou du ver blanc. Cela me paraît peu intelligible. Mais en vérité faut-il chercher si loin ? Tu as peut-être une définition moins alambiquée !

Écrit par : Max-Louis | 28/04/2007

Si je ne m'abuse docteur, Celui-là devrait se reconnaître :-)

Amitiés .
Bon w-e Edouard.
Marie

Écrit par : Marie Lanson | 28/04/2007

Il ne m'est pas du tout sympathique cet enfileur de lombrics :)
Et que ce pet de lapin qui tringle en pantouffles m'a fait rire. J'ai dû faire un petit effort d'imagination car on n'en voit pas tous les jours.
Gros bisous Edouard,
Je te souhaite un excellent week-end,

Écrit par : La Bohème | 28/04/2007

Et bien... ce post n'est surement pas pour un de tes copains ;-)). Mais j'aime cette façon de dire la vérité en vers...(et contre tous! ).Comme quoi les mots, tantôt doux, tantôt coquins, tantôt tranchants t'inspirent quels qu'ils soient! A bientôt

Écrit par : Syolann | 28/04/2007

Bonjour, Est-ce que par hazard, quelqu'un t'aurait-il contrarié? HUM!
Je te souhaite un agréable dimanche quand même.LOL
Bisous

Écrit par : Soledad | 29/04/2007

eh bien, eh bien, Edouard! Quel diable a eu l'heurt de te déplaire à ce point? Dis donc, çà fouette, çà cogne, bref, çà ne fait pas dans la dentelle. Jaime beaucoup mais je voudrais bien connaitre l'inspirateur de tel pamphlet.
Je lirai ton post plus récent demain matin, je suis sûre que, vu ta forme, je ne vais pas m'ennuyer au ptit dèj.
Bisous!!!!

Écrit par : mimi | 29/04/2007

Qui ? Moi ? En fait Monsieur Edouard ne me connaît pas. Ouf, je l'ai échappé belle. ^^

Écrit par : PP | 25/05/2007

Les commentaires sont fermés.