03/04/2007

BLANCHE CROQUEUSE

dame blanche

 

Je vous suivais à la trace,

Blanche Neige ô poudre d'oubli,

Pour un soir briser la glace

En quelques morceaux choisis...

 

Choisis de mon répertoire,

Le fin du fin de la frime;

Vers luisants, plume-encensoir,

Zeste d'animal en prime...

 

Prime abord on s'est goûté,

Puis j'ai filé à l'anglaise

A vos plats de crudités,

Je rêvais ne vous déplaise,

 

Encore et toujours d'âme blanche,

Malgré l'ombre des nains louches

Qui vous envoyaient aux anges,

Vos gagne-pain, des gobe-mouches...

 

Tous roulés dans la farine,

Dégâts dans les portefeuilles;

Moi je vous aime en sourdine

Pour vos deux dents d'écureuil...

 

Petit air d'enfant bébête

Et mots d'amour à la noix...

Je vous aime, un vrai casse-tête,

Frêle et croqueuse à la fois.

 

EDOUARD

2245362037irdddd

 

11:30 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Encore et toujours... un vrai bonheur que de te lire.Merci Edouard
Je te souhaite une bonne journée
Bizz

Écrit par : baby | 03/04/2007

Bonjour, Me voici enfin de retour pour venir te saluer.
J'aime l'expression imagée: des dents d'écureuil. 9a me rappelle quelqu'un.
Je te souhaite une agréable soirée.
Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 03/04/2007

Paradoxe, Frêle et croqueuse à la fois... Croquer la fragilité au sel avec une lamelle de beurre jaune d'or, bien commencer le printemps sur des accords de primeurs...

Amitiés Edouard.
Marie

Écrit par : Marie Lanson | 04/04/2007

Joli ! C'est toujours un plaisir de venir te lire.

Amicalement,

Écrit par : Rafaël | 04/04/2007

Cela vibre, ça vit par ici L'amour, l'oubli, croquer, frêle

et c'est toujours très joli,
Bisous Edouard

Écrit par : La Bohème | 04/04/2007

Les commentaires sont fermés.