29/01/2007

L'HYMNE A L'AMOUR DES MOTS

 
10666

Des mots qui haranguent, des mots qui big banguent
Des mots qui s'inventent, qui nous merlenchantent
Ou bien qui s'plantent
Des mots qui tournesolent et qui décamisolent
Des mots vaches des mots trash des mots clash des mots flash
Des modestes accoutrés de panache
Des mots dingues à l'ouest à l'ouest
Qu'on déplume avec pudeur
Ou pour foutre à poil son coeur
Des mots marteaux pour ceux qu'on enclume à sec
Des manteaux de mots pour sortir son nec
Plus ultra des mots qui rappent des mots qui frappent
Des mots qu'on attrape
Comme un virus de communion
Des mots d'amour des mots tout cons
Des mots qui s'déplanquent et qui pillent les banques
Des mots qu'on flanque aux crachoirs des tanks
Des mots fléchés pour toucher une absence
Ou qu'on croise en signe d'impatience
Des mots jaillis d'un dictionnaire de frime
Diables à ressorts dieux de l'escrime
Des mots bien trempés dans l'acier
Des mosaïques en vers fleur-bleutés
Des mots giflant le désespoir
Ou sifflant des litres de cafard
Des mots boulimiques à vous mettre à bout
Qui vous bousculent en vos tabous
Des mots pour y croire, des mots crus
Des mots lestés de superflu
Des mots corsés pour faire un tabac
Des mots volutes qui tombent à plat
Des mots qu'on éjacule sans point ni virgule
A l'oie blanche enneigée qui fond fond fond
Aux marionnettes de luxe aux étoiles des bas-fonds
Des mots coups d'poing de suspension
Des mots qu'on goûte et qui dégouttent
De sueur et swinguent en balles-musette
Des uppercuts pour les jours-défaite
Aux briscards poufs et à toutes les putes
Aux ras-d'la-touffe aux fiers-à-bras des pâquerettes
Des mots crachés des mots baisers
Des mots soleils à la nuit tombée
Des mots velours des mots d'acide
Des mots d'humour des anti-suicide
Pour mollusques d'hiver et requins de printemps
Et inversément
Des mots qu'on dit nobles des mots cloportes

Piquette ou grand vignoble peu nous importe
...Mais des mots tout simplement

 

EDOUARD

 

200px-Saytheword

 

10:53 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

24/01/2007

SAINE ECRITURE

books4

Pour mettre une croix sur ma vie d'athée,

Il faudrait un miracle en vérité

Je vous le dis comment ne point douter

D'un créateur dieu nous ayant torchés...

 

Le cul c'est l'universelle religion,

Quand le pognon ne lui dame pas le pion;

Ces travers en enfer nous mèneront,

Comme la raie mène une perle au fion...

 

Perle de sueur jaillie des étreintes

Condamnées par les oeuvres sacro-saintes,

Et les suppôts du Pape qui s'éreintent

A prêcher l'amour avec des contraintes:

 

Liaison sans taches, abnégation des transes

Quand l'amour n'est pas scellé par l'alliance...

Baisers impatients d'effusions charnelles,

Baisers compassés devant l'Eternel.

 

Baise et jouis, missionnaire morose,

En tout bénitier; prends toutes les poses

Et avant qu'une rosière se nécrose

Au jardin de la vertu, qu'on l'arrose!

HLEP35

 

EDOUARD

 

10:48 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

19/01/2007

CUPIDON

 
cupidon3

 

Jardin d'Eden avec chapelle,

Un Cupidon rêvait tout nu

D'éterniser un arc-en-ciel

Pour ébahir les coeurs perdus

En leurs déluges post-rupture

De souvenirs intempestifs,

Qui les font trembler sous l'azur

Et veiller longtemps nerfs à vif...

 

Il faut réparer les dégâts,

Se dit l'aveugle archer d'ivoire;

Mais comment Dieu gonfler de joie

Les coeurs en noir, les coeurs-passoires?

Ses flèches au pif il décochait,

A tire-larigot sans y voir;

Les coeurs gros bien sûr se trouvaient

Plus souvent sur leur trajectoire...

Bien plus souvent que ceux de pierre,

Fins cailloux sans autre valeur

Que leur bien-être à ras de terre,

Le blé est roi, l'amour se meurt...

Blé sans Amour...maigre pitance!

Amour sans blé, parfois Byzance...

Mais l'ange fut pétrifié de voir

Qu'Adam et Eve se font si rares!

 

Statue au charme désuet,

Il rêve alors d'un arc-en-ciel

Qui à tout vie redonnerait...

Amour et jouvence éternelle.

rosée1

 

EDOUARD

 

15:20 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

AUTOPORTAIT

 

Dépeignez-moi comme un raté,

Un morbac, un sans-grade,

Vous risquez le touché coulé

En deux temps trois tirades!

 

Mais je m'en tape en cloche et bois

Mes tintinnabulles,

Frimesautier, plane sur mes gravats,

Peacelové de tulle.

 

Tout raté sauf ma fantaisie!

Et que d'emplâtres usés!

Pour mes zero panser j'essuie

Des ombres en voix lactée.

 

Tel un fou chantant les mammelles

De l'amère platitude,

Je zéphyre aux collines un bel

Canto en interlude.

 

Puis j'attaque mon train-train postal

Où le charbon se broie

En lettres vouées au fanal

Pour y voir clair, j'ai froid..

 

Mes flirts s'aiguillent à fricoter,

Mais ça sent le sapin

Dès le départ en champ' sifflé,

J'entends gifler la fin!

 

EDOUARD 2006


11:21 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/01/2007

PISSENLIT DEPRESSIF

pigeon1

Ses blâmes font l'effet de morsures

Et mes refrains câlins ne sont rien

Qu'inepties jaillies d'une fêlure

A l'âme ébranlée par le chagrin.

 

Sans filet je harangue le sort:

Quel vent de folie arrache donc

A ce coeur le chantre de son corps

Et l'amène à préférer quiconque?

 

Peut-être la folie de mes vers,

Déjections d'un souffle décapant;

Peut-être la folie de ses pairs

Qui me jugent blizzard et pourtant

 

Je ne veux en aucune façon,

Pour plaire, me résoudre au néant

Poétique où s'exaltent ces pions,

Ces pigeons soi-disant dans le vent...

sanstête2

 

EDOUARD

10:44 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/01/2007

PASSION FRAGILE ET PARADOXES

hagen2001

Dans le cristal flou d'une idylle,

En boréale aurore et style, 

 

Une exquise hallucination,

Fille de mescaline et bourbon.

 

Ca peut faire mal un tel mélange,

Pâleur spectrale et coeur qui flanche...

 

Mais si je palpe un seul instant

Mon idéal, je meurs content.

 

Paradoxale est ma doctrine,

Comme toi, Vestale et Messaline...

 

Fleur de napalm au sex appeal,

Vierge vénale aux airs futiles...

 

Vrai, à l'analyse on se perd

Entre la salope et l'austère.

 

Mettre les voiles et pour de bon?

Autant inhaler un poison.

 

Que dans l'astrale élévation

Je me régale en illusions.

hagen550

 

 

 

18:10 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |