01/11/2006

NOSTALGIE DES LUMIERES

Que reste-t-il des clairs de lune

Où tu m'allumais davantage,

Et ne comptaient pas pour des prunes

Mes vers chargés comme un branchage?

 

Chargés de senteurs estivales,

D'espoir mûri sous les soleils

Vitrés de ton visage ovale,

Oeillades à nulle autre pareilles...

 

Chargés d'allégories banales,

Jeux de mots, de mauvais jongleur;

Souviens-toi j'étais en cavale,

Et pour prison voulus ton coeur.

 

A la dérobée je glissais

Sur toi des yeux qui déshabillent;

Tout effeuillée tu m'écoutais,

ça te faisait craquer, brindille...

 

Me faisait rougir pour de vrai,

Quand déjà tu brûlais d'envie...

Mes vers désormais font l'effet

D'un feu-follet...plus d'incendies!

 

amy

 

 

EDOUARD 1995

18:00 Écrit par Edouard dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Parée de gouttes fraîches automnales,
De rêves frileux sur les mousses létales,
Je dérive dans vos phrases lexicales,
Et m'en retourne dans mon antre hivernal...

Amicalement
Marie

Écrit par : Marie Lanson | 02/11/2006

Les commentaires sont fermés.